Protégeons nos lacs! Méfiez-vous du myriophylle à épis

Le MYRIOPHYLLE À ÉPIS est une plante aquatique exotique envahissante vivace qui se répand rapidement dans les lacs en Estrie. Près de 42% des lacs en Estrie seraient affectés par cette plante. Ses tiges sont enracinées dans le substrat (sédiments) et peuvent mesurer jusqu’à 6 mètres. Près de la surface de l’eau, elles se ramifient et peuvent poursuivre leur croissance horizontalement, formant une canopée dense à la surface de l’eau.

Comment est introduite le myriophylle à épis?

Comme la plupart des plantes envahissantes, le myriophylle à épis est introduit par la navigation de plaisance ou de pêche et par des animaux de compagnie.

Que faire pour protéger nos lacs?

Prévenir l’introduction du myriophylle à épis et autres espèces envahissantes est le meilleur, sinon le seul moyen efficace. Une fois l’espèce introduite, il est généralement difficile et coûteux de la contrôler (www.bibittes.org).

Alors, riverains, plaisancier ou pêcheur, ne traînez pas vos bibittes de lac en lac !

Assurez-vous que votre embarcation (bateau, moto marine, canot, voilier, planche, kayak,…) ne transporte pas d’espèces exotiques envahissantes.

Des gestes simples peuvent faire une différence …

SI VOUS UTILISEZ UNE EMBARCATION ET LORSQUE VOUS QUITTEZ UN PLAN D’EAU :

  1. Inspectez votre embarcation, remorque et tout le matériel utilisé avant et après la pêche ou la navigation.
  2. Enlevez-y la boue et retirez les végétaux, poissons et autres résidus visibles. Jetez-les, loin du plan d’eau. Portez attention à la cale, à la coque, au moteur et au vivier.
  3. Videz l’eau de la cale, du moteur et du vivier, loin du plan d’eau.
  4. Nettoyez à l’eau chaude (40 o C et plus / savonneuse), à haute pression ou laisser sécher au moins 5 jours l’embarcation, la remorque et le matériel qui ont été en contact avec l’eau. Faites tremper au besoin les semelles de bottes de pêche ou tout autre matériau absorbant pendant 35 minutes dans une eau à 45o
  5. Répétez l’opération chaque fois que vous vous déplacez d’un plan d’eau à un autre.

Par Luc Mathieu

Vice-président

Association pour la protection du Lac Elgin inc.

 

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *